Cul superbe

Publié par nomad le 06 mars 2010 à 02:13

Envie de me faire baiser

Publié par nomad le 06 mars 2010 à 02:06

Envie de me faire baiser

 

 

La salope vous souhaite une bonne année pleine de sexe

Publié par nomad le 05 janvier 2010 à 02:21

Lydia offerte. Un cul à défoncer sans modération

Mon Maître Black était plus doux que d'habitude (partie 1)

Publié par nomad le 01 mars 2009 à 18:24

Enfin, mon amant black m’a contacté dernièrement. Je ne l’avais pas oublié mais pensait que c’était une rencontre sans lendemain. Comme j’aime d’ailleurs. Mais lui, il m’avait vraiment tellement excitée que j’espérais qu’il fasse ce qu’il avait dit : contacter des potes et me baiser à la chaîne.

Malheureusement, lorsque il me contacta, il m’apprit que ses potes black ne seraient pas pour le moment. Il voulait m’essayer encore une fois avant de me soumettre à ses copains. Il me donna rendez-vous dans le même hôtel minable le jeudi 6 novembre.

J’arrive comme à mon habitude avec mon sac de sport et mes habits de mec. Quand j’ouvre la porte de la chambre, il est n’est pas encore là mais comme elle est entrouverte, je sais qu’il doit avoir fait exprès pour que je me change avant son arrivée et qu’il doit être dans le couloir de l’Hôtel. Je rentre dans la pièce et me je me presse pour me changer. C’est vite fait car sous mon jean, j’ai déjà mes bas nylon soyeux, ma soubrette transparente noire comme top. Je n’ai qu’à mettre mes sandales à talon et je suis très vite prête. La pute soumise que je suis attend avec impatience que son étalon arrive et une légère érection déforme mon string noir transparent. La ficelle qui passe dans ma raie m’excite déjà.

Le black m’appelle alors sur mon portable. Je redoute qu’il annule le rendez-vous car j’ai très envie de le sentir en moi et sucer sa superbe queue large. Je réponds :

- ... Oui ?
- Tu es prête salope ?
- Oui Maître, je suis prête.
- Alors, tu déverrouilles l'entrée et tu m'attends debout au milieu de la chambre, dos à la porte et mains dans le dos...
- Bien, Maître.

Je tremble car je sais pas ce qui m’attend et mon Maître black est plutôt mystérieux et assez brutal finalement, mais m'exécute et ferme les yeux. Quand j'entends la porte s'ouvrir, mon coeur bat au maximum. Je sens l'homme derrière moi et aussitôt une étoffe vient se poser sur mes yeux. Ceci ne fait qu'augmenter mon trouble, mais je n'ai pas le temps de réfléchir.

Puis, il m’enfourne une boule dans la bouche et il sert le bâillon derrière ma tête. C’est assez grand et je salive tout de suite. Je ne vois rien mais je m’imagine, avec un bandeau sur les yeux et ma bouche à sucer entravée par un bâillon. Cela m’ennuie car j’adore sucer des belles queues mais ça m’excite aussi beaucoup d’être à la merci de mon Maître Black.

Ses mains sont sur mes fesses, les palpent, puis l'une d'elles remonte ma nuisette soubrette transparente et explore mes globes à travers ma culotte. Il me malaxe les couilles et prends ma queue dans sa main. Je bande très dure tant la situation m’excite. Il passe aussi ses mains sur mes jambes gainées de bas et se met à lécher mes jambes jusqu’aux pieds enfermés dans des sandales ouvertes. J’ai mis des talons très haut et je sais que ma croupe doit beaucoup l’exciter. Ca me surprend car il est assez doux et par rapport à notre première rencontre, cela n’a rien à voir. Puis, après avoir lécher mes jambes gainées de nylon, il remonte, s’arrête sur mes fesses, je sens sa langue sur mes couilles qui pendent puisqu’il vient d’écarter la ficelle de mon string. Je bande très dur et sa langue explore mon petit trou. Je ne sais pas combien de temps ça dure mais c’est très bon. J’ai mal aux mollets car je suis perchée sur mes talons hauts et immobiles depuis plusieurs minutes. Mais c’est bon. Puis il remonte et arrive vers mon cou. Puis il m’insulte :

- Sale pute soumise, tu es toujours aussi bonne et tu sens toujours aussi bon.

Puis je sens son doigt rentrer d’un seul coup dans mon petit trou humidifié par sa salive. Je fais un mouvement comme pour engloutir son doigt encore plus profond. Il enfile alors un second, puis trois doigts. Cela écarte mon anus qu’il s’applique à dilater en faisant des allers-retours et en écartant les doigts. Je suis excitée et ma salive coule le long de mon menton. La boule m’empêche de parler et je ne peux que gémir mon plaisir. Il me lâche enfin et enlève mon bandeau et s'installe sur le canapé.

- Commence par me servir un whisky, reviens t'asseoir à mes pieds et comporte-toi comme une chienne soumise et docile.

J'exécute le service et ressens un frisson rien qu'en marchant devant ce black fascinant de perversité. Je lui tends son verre et me place à genou devant lui, la tête près de ses genoux et de sa queue. D’un simple regard, je sais que je dois libérer son sexe. Je suis hésitante mais tellement impatiente que je n'attends pas plus longtemps pour défaire sa ceinture et descendre sa fermeture. J'ouvre ensuite sa chemise, puis lui ôte ses chaussures. Celles-ci enlevées, il se lève et je n'ai qu'à faire tomber le pantalon qu'il enjambe. Je ramasse le vêtement et, m'assurant un répit, je vais le suspendre à un cintre. Je sais qu’il reluque mon cul et ma croupe. Mes longues jambes gainées de nylon son allongées par mes hauts talons qui l’excitent beaucoup. De même que moi d’ailleurs.

Je le rejoins et me remets à genoux en posant ma tête sur une cuisse et ma main sur la grosseur de son boxer. Je décide d'aller vite et mes doigts passent sous la ceinture. Rapidement, le sexe est en ma possession et je le branle doucement. Il se laisse faire un moment, puis m'arrête. Il m’ordonne :

- Enlève ton bâillon salope !

Je comprends à son ton qu'il a hâte de me voir le sucer. Pendant que j’enlève l’entrave de ma bouche dégoulinante de salive, il met ses mains sur mes hanches, puis sur mes cuisses, au-dessus des bas. Je frissonne encore. À travers mon string, il empoigne mon sexe qui est gonflé à son maximum.

Puis je comprends pourquoi il est venu sans ses copains car il se penche et commence à me sucer. Mon dominateur en train de sucer sa chienne. Ses copains se seraient sans doute moqués. Je suis debout devant lui et il me suce divinement bien en enfilant deux doigts dans mon anus. Puis il s’arrête et il doit sentir que je suis prête à exploser dans sa bouche. Il prend son verre et place ma queue dans le verre. Je sens que je peux libérer mes couilles et je décharge ma semence abondante dans le verre. Puis, lorsqu’il a vidé jusqu’à la dernière goutte, il me tend le verre. J’ai compris ce qu’il veut et je m’exécute. Je bois ma liqueur de sexe et avale jusqu’à la dernière goutte mon sperme encore chaud. Quand j’ai tout dans la bouche, je le regarde insolente et ouvre ma cavité remplie de sperme. Cela l’excite et il me dit :

- Il faudra que tu apprennes à maîtriser ce clitoris et à te débrouiller pour qu'il soit plus discret si tu veux être une vraie salope à black. Une pute à Black.

Une claque sur une fesse me fait bouger rapidement et je me retourne.

Je fais le demi-tour demandé et présente à son regard mon derrière dont seule la raie est couverte de la ficelle. Sa main gauche, passant entre mes cuisses, vient me saisir les bourses et me tire en arrière. Le but n'est pas de me masser les testicules, mais de me rapprocher de lui. Une main me caresse les fesses, puis un doigt s'insinue encore sous le string et vient me toucher la rondelle. En même temps que la prise se resserre sur mes bourses, le doigt frémissant franchit l'anneau et progresse. Quand j'ai une réaction, l'autre main m'écrase les bourses et le doigt pénètre à nouveau mes entrailles. Puis, il me force à me mettre à genoux, puis à quatre pattes, la tête au sol.

La suite bientôt… wink.gif

Lydia offerte. Un cul à défoncer sans modération

 

Je lui ai offert sa première sodomie

Publié par nomad le 16 février 2009 à 18:17

L'autre jour, en consultant les annonces de ma région, j'ai vu ceci :

 

Bonjour !
44 ans en train de divorcer, beaucoup de temps sans sexe…
Je me offre pour plaisir entre mecs.
Envie de me faire sodomiser à fond par mecs.
J’ai pris de photos dans le net et films et je viens fou de plaisir.
Sans tabous, je cherche mecs vicieux, hot et que sauront me prendre à fond.
Tapez mes fesses, appelez-moi avec des mots crus, attachez-moi et initiez-moi à fond dans les plaisirs entre mecs.
Sentir vos odeurs a queue et couilles et vous lécher a font sera un plaisir.
J'aimerais trop être sodomisé profondément, j'espère un jour ... Avec discrétion et respect de la vie privé de chacun de nous.

Je ne peux pas recevoir, mais selon votre possible invitation, je vous assure discrétion a 100%.
Jamais reçu dans ma bouche et mon trou ce " lait " chaud de male.
J'aimerais trouver mecs vicieux en bonne santé pour m'obliger a avaler et recevoir dans mon trou votre jus.
Me faire prendre par 2 à 3 mecs a la chaine. Si vous voyez ce message, est vraiment vrai ma recherche.
Regardez, et vous me mettez collier de cuir au cou.
Vous me ferais sentir votre odeur de queue et couilles, ce odeur de male excitant et aphrodisiaque...
Et je vous sucerais bien et je me laisse défoncer facilement.
J'aimerais être une lope avec plusieurs hommes actifs et autoritaires.
Je aimerais que m'ont dise que dehors je serai un mec, mais vers vous je serais une salope!

J'aimerais beaucoup être attaché pour cela.
J'aimerai avoir les mains attachées derrière le dos, ma tète attachée par le collier a un anneau et a genou, les cuisses et pieds attachés et être a la merci des mecs pour les sucer et me faire défoncer.
J'aimerais jouir en étant enculé sans pouvoir bouger, soumis et docile...........
HUM... Comme chienne je lécherais un chien et je me ferais enculler par le maitre.
J'ai pour objectif donner mon trou a males...
Être entre males vicieux...
Sentir leur odeur a males... Cette odeur à queue m'excite trop!!!
Je suis en bonne santé et discrétion a 100%
Je suis hors milieu et je cherche un groupe d'amis pour notre plaisir.
Qui veut me recevoir? Discrétion Assurée!!!!
Pas de problème votre nationalité...Blanc, Noir, etc.

A+++

Suite à cette annonce et quelques échanges sur MSN, nous avons convenu d’un rendez-vous. Pour l’occasion, j’ai décidé de ne pas m’habiller en pute mais en homme vicelard.


A peine arrivé chez lui avec mon sac, je le lui donne et lui ordonne d’aller se vêtir avec toutes les affaires que j’avais préparé. Pendant ce temps, je boirais un Whisky au salon. Je lui dit avant qu’il s’éloigne.

« Tu t’appellera LEIKA. Comme une chienne que tu veux être ».

Chez lui, l’ambiance était assez sympa. Il avait allumé des bougies et la lumière était tamisée. Soudain, quelques minutes plus tard, j’entends des pas de talons arriver au salon. Je suis assis sur le divan avec mon verre dans la main.

Leika se présente à moi.

Il est ridicule. Comme prévu. Ne sachant pas se tenir sur ses talons aiguilles, il avait revêtu des bas nylon noirs et une gueppière de pute lui emprissonant les hanches et le torse. Tout était un peu trop petit pour cette salope mais c’était parfait. Leika avait mis le collier de chienne et la laisse tombait le long de son corps. Elle avait mise des lunettes de soleil noir opaque que je lui avait mise. Je la sentais mal à l’aise et mon regard pervers l’ennuyait beaucoup.

Je lui fais signe de s’approcher. Maladroitement perché sur les hauts-talons, elle s’approche. Se met à genoux devant moi et je lui enfonce Ma langue profondément dans sa bouche. Elle étouffe mais je ne lâche pas prise. C'est un jeu, et les jeux c'est toujours sérieux.


Je la laisse respirer enfin et se remettre de la surprise.

"Alors tu te soumets salope !"
"Oui, je me soumet Maître"

En récompense je lui caresse le sexe.

"Ca te plait d'être une femelle"
"OUI". Je sens sa bite devenir dure d'un coup.

"Tournes toi face au miroir les mains sur la tablette, allez "
Elle se tourne. Ce qui lui faut c'est un peu d'autorité.
"Regarde toi femelle". Je lui baisse son string et je commence à la fesser.
"Regarde toi jouir espèce de cochonne. Tu es faite pour ça salope, pour qu'on te baise, pour qu'on te prenne, pour qu'on t'humilie... Regarde toi, tu aimes ça"


"Dis le que tu veux être une pute.. Dis le"


"Je veux être une pute".

Tout en l’insultant, je lui caresse l’anus et l’enduit de lubrifiant et lui rentrant un doigt, puis deux dans le cul. Je sens qu’il a déjà dû se faire sodomiser quelques fois et que le passage ne sera pas difficile.


Je sors alors ma queue, j’enfile un préservatif et lui enfonce mon manche dans son anus avec vigueur. Il résiste un peu puis accepte et se cambre.


"Voila, c'est bien... Branles toi pendant que je t'encule"


La pauvre chérie ne sait plus ou elle en est. Je la défonce comme jamais avec une force hors du commun. La commode branle de tous ses états et je sens mes couilles contre les siennes. Elles s’entrechoquent tant je pousse et m’enfonce totalement dans son cul de salope.

La suite prochainement… 

 
 

Enculé profondément par un trans !

Publié par nomad le 31 janvier 2009 à 23:55

Défoncée par un black !

Publié par nomad le 19 janvier 2009 à 22:43

Mon annonce :

« cherche belle queue, black ou latino pour bourrer une chienne lubrique et remplir sa gorge de sperme chaud. De préférence jeune, TBM, épilé. Je ne répondrais pas aux réponses de 2 lignes, ni sans photo de votre membre en érection. »
 
Le jour où j'ai été défoncée par un black qui m'a fait très mal mais mmmh, comme c'était bon.


J’ai eu quelques messages mais un a retenu mon attention. Après quelques échanges d’email, nous avons convenu d’un rendez-vous avec un black d’une quarantaine d’année. Il me voulait dominée et me promettait d’être humiliée par un vrai Maître africain. Il voulait que je sois docile, soumise et obéissante.

Comme j’aime, nous nous sommes rencontrés sans blabla. Il avait réservé une chambre d’hôtel pourrie et m’attendait à une heure précise. Quand je suis arrivé avec mon sac, il m’a à peine regardé et est sorti de la chambre pour me laisser me préparer. En 10 minutes, j’étais changée. J’avais mis une combinaison de nylon blanche ouverte à l’entre-jambe. Entouré ma taille d’un ruban rose me servant de ceinture et emprisonné mes couilles d’un harnais. J’enfilai mes longues bottes à talon rouges et termina ma panoplie d’un soutien-gorge noir. Comme il me l’avait demandé par email, je mis encore un collier de chienne à mon cou avec une laisse. Ainsi déguisée, je me suis rendue vers la fenêtre pour baisser les stores pour une lumière plus intime. La pute était prête.

Le black entre, ferme et, aussitôt, il sort sa bite et ses couilles de sa braguette ! Sa queue est splendide. Mais elle est grosse et bien épaisse. Je crains la douleur quand il pénétrera mes entrailles car il est dur comme du fer. Il prend la laisse, me cingle les fesses et sans qu'il ne me le demande, je sais ce que je dois faire et je m'y applique dès qu'il approche sa queue de ma bouche...

- Suuuuuce, connasse !
Pour l'exciter, je me branle ma chatte de travesti avec 2 ou 3 doigts et prépare ainsi déjà mon cul à son membre magnifique, tout en le regardant droit dans les yeux et, tout en gardant sa queue entre mes lèvres et à genoux, je le suis dans la petite chambre et fais le tour du lit où, là, il me cingle les fesses avec la laisse...

Puis, il laisse mon cul tranquille et fait le tour du lit en me regardant. En reluquant ma croupe de salope. Mon collant ouvert laisse entrevoir mon trou du cul étroit. Il salive déjà le salop. Je sais qu’il va me défoncer. Puis, il se place assis sur le lit, face à moi, et prend ma tête à 2 mains et, imprime le va-et-vient à son rythme.
– Pompe bien, lopette !!! Et fais honneur à la queue noire...
Puis, ses jambes se crispent et, d'un clin d'oeil, je me retire afin qu'il me gicle sur le visage !!!

Mince, il vient vite le salop. J’espère qu’il ne va pas partir comme certains le font parfois. Mon visage est maculé de sperme. Je suis toujours à genoux devant lui. Puis, il se couche sur le dos, lève ses jambes pour me présenter son petit trou et en me prenant la nuque, il m’oblige à lui lécher le trou du cul et les couilles. Il est offert le salaud et rebande déjà très fort. Le sperme qui est sur mon visage se mélange à l’intérieur de ses jambes.

Je lui lèche les couilles et son trou de balle pendant de longues minutes. Il sent le foutre et l’envie me viens de l’enculer. Je me lève, la queue tendue, enfile un préservatif et m’enfonce en lui d’un coup. Il aime le salop et j’ai ses jambes sur mes épaules pendant que je le taraude comme un forcené. Puis, après quelques minutes de bourrage, le salop renvoie un immense jet de sperme qui fini sur son torse. Je pense que c’est la dernière fois qu’il vient et que notre rencontre va se terminer. Je me concentre pour jouir à mon tour mais n’ai pas le temps. Il me pousse et change de position. Il m’ordonne :
- A quatre pattes salope. Tu as voulu m’enculer hein petite chienne. Tu vas savoir ce que ça veut dire maintenant.
Aie, je crains le pire pour mon petit trou pourtant humide de plaisir.
Je me place à quatre pattes sur le lit. Il a retrouvé toute sa vigueur est bon bel étalon black me prend fermement par les hanches et s’introduis de toute sa longueur en moi et commence à m’enculer comme un fou furieux. J’ai mal car il est gros et n’y va pas de main morte avec ses coups de reins ravageurs :
- tu aimes ça, maintenant, hein, le gros zob noir ???
- Ouiiiii, je ne peux plus m'en passer... Continue à me tringler : je veux être une bonne vide-couilles ! Encoooore, plus fort, j'aime trop ça ! Je mouille rien que d'imaginer le nombre de femmes qui aimeraient être à ma place... ! Oh, comme je la sens bien : c'est si bon de se sentir femme quand je suis si bien niquée... Continue, s'il te plait, continue !!!
J'ondule des fesses autour de sa queue pour mieux ressentir encore sa pénétration et je suis comblée !
- C'est pour ça que tu viens : pour devenir un bon garage à bites africaines !!! Bientôt, puisque ça te plait tant, je vais te faire piner par tous mes potes... Plus longtemps ça durera et, plus ça te plaira : hein, connasse ??? L'un après l'autre et ils te rempliront comme une truie, comme la bonne pute que tu veux devenir... Dis-le, que tu veux devenir un bon garages à bites noires : dis-le, grosse pouffiasse !!!
Il sait que les mots crus m'excitent au plus haut point ; je le regarde, ravie et suppliante :
- ouiiiii, encoooore !!! Continue à bien me peloter le cul, j'adore ça : ta pouffiasse te le demande, ta grognasse te supplie, ta connasse en a besoin... Oui, je veux devenir un bon garage à bites noires, une bonne pute qui ne refusera jamais rien aux blacks que tu me désigneras et j'en suis heureuse !!! Je ferai tout ce que tu veux afin que tu sois fier de la grosse lopette que tu as si bien dressée ! Bourre-moi, salaud, défonce-moi ! Apprends-moi à devenir une bonne vide-couilles pour black: oui, je ferai tout ce que tu veux ! Oui, j'aime être à 4 pattes, tendre mes fesses, ouvrir la bouche devant ta grosse queue noire.
Je n’en peu plus et suis complètement folle de la scène que je vis. C’est un de mes meilleurs coups. J’en fais pas souvent et m’en souviendrais c’est sûr. Il me lime avec tant de force que j'en ai le souffle coupé. Puis, il s’arrête soudain. Je pense qu’il n’arrive plus à découiller. Il prends son téléphone portable et commence à me prendre en photo dans cette position. (je joins d’ailleurs une photo pour cet article).

Puis, après quelques photos, il me dit :
- Ca te dirais de se revoir. Tu te mettras à genoux devant la porte d'entrée, les mains attachées dans le dos et un bandeau sur les yeux... Alors, 3-4 potes viendront forcer ta bouche. Tu les pomperas à fond et, après, ils t’enculeront chacun leur tour. Tu veux devenir ma pute docile...
Je réponds car j’ai encore envie :
- Continue à me mouler le cul pour les queues noires et, comme toutes les femelles, du moment que je suis bien baisée, j'accepte tout de mon mec !!!
- Non, je dois y aller maintenant salope.
Il s’habille et me dit avant de fermer la porte qu’il me recontactera pour un plan HOT. Que j’étais ce qui cherchait.
« Tu vas adorer, grosse chiennasse !!! »

Cette insulte me flatte. Je reste un moment à quatre patte et me branle en repensant à cette folle rencontre. J’envoie des jets de sperme bouillant sur les draps souillés. Puis, sans me changer, je remets mon jean par-dessus ma combinaison trempée, je me rince le visage et lave le sperme avant de repartir comme si de rien n’était avec mon sac de sport à la main.

Depuis, il m’a renvoyé des nouvelles et une photo qui l’a fait avec son portable. Il m’a dit qu’il organisait une petite partie très hot pour bientôt et qu’il me contacterait.

 

 

 

10 minutes au Gloryhole

Publié par nomad le 15 janvier 2009 à 22:41

Les sauna sont des endroits idéals pour des rencontres impromptues. L’autre jour, j’y suis allé surtout pour sucer quelques belles queues dans le gloryhole.

L’ambiance a l’intérieur est sympa et il y avait pas mal de monde malgré qu’il était que le milieu de l’après-midi. Après quelques minutes d’observation, juste vêtu de mon peignoir blanc autour de la taille, je me suis introduit dans la cabine à glory.

J’ai pas du attendre longtemps pour voir arriver une queue à sucer et déjà gonflée. Je m’agenouille et commence directement à la sucer avec vigueur. J’ai beaucoup d’expérience dans la fellation et je sens que le salaud bande très dur et qu’il ne va pas mettre beaucoup de temps avant de m’envoyer son foutre en plein visage. Il me fourre littéralement la bouche et je manque de m’étouffer à chaque fois qu’il enfonce sa grosse queue au plus profond de ma gorge. Puis, sentant sa semence arriver, j’ai à peine le temps de retirer ma bouche et de poursuivre à la main.

Je lui astique le manche et en quelques secondes, il éjacule longuement mais doucement. Il devait avoir déjà découillé plusieurs fois car il n’avait pas beaucoup de sperme. J’ai pris soin de vider complètement ses bourses en le masturbant assez fortement. Profitant de prendre mon portable pour prendre un petit cliché de sa jute. A peine avait-il terminé, que la queue a disparue. Me laissant la main souillée par son sperme.

 

Brêve rencontre sur l'autoroute

Publié par nomad le 21 décembre 2008 à 13:37

L'autre jour, en revenant de Genève, je me suis arrêté sur l'autoroute dans des WC publics. Je me suis enfermé dans la cabine avec mon sac à dos, il y avait un trou dans la paroi en bois, et plein de cochonneries et de bites dessinées sur les murs. Il y avait aussi un emballage de capote par terre. Ca sentait bon la queue.

J'ai alors sorti ma lingerie de mon sac à dos et mis mes bas nylon, mon string, et enfilé mes escarpins qui me cambrent les reins et me fait une belle croupe de salope. Comme il ne faisait pas très chaud, j'ai laissé mon manteau noir. Puis, déjà tout excité par le nylon sur mes cuisses et mes pieds pris au piège dans les sandales à talons, perché sur les talons, j'ai commencé à bander très fort. Une situation qui m'excite beaucoup. J'ai commencé à me branler.

Après quelques minutes, quelqu'un est entré dans les WC. J'ai arrêté de me branler, mais j'ai mis ma queue à hauteur du trou, comme ça si le mec matait, à travers, il verrait ma tenue de pute. J'ai entendu qu'il n’était pas là pour ses besoins, car il ne se passait rien. Alors, je me suis éloigné du trou pour présenter un peu mieux ma lingerie. Le nylon galbait mes jambes et j'ai mis un pied sur les W.C. pour présenter mes jambes et mes sandales et exciter le voyeur. Je ne le voyais pas, mais je savais qu'il regardait. Je me touchais le sexe et passait ma main sous le fin tissu transparent de mon string.

Soudain, après presque une minute de ce petit manège, j'ai vu les doigts de mon voisin passer par le trou et fait signe d'approcher. J'ai compris qu'il fallait que je mette ma queue dans l'orifice. Je bandais encore mollement même si j'étais très excitée et mis ma queue dans le gloryhole. Là, j'ai senti sa langue humide et chaude me lécher le gland. Des petits coups de langue comme pour contrôler mon hygiène. Je commençais à bander super fort et enfila ma queue plus profondément pour la tendre de l'autre côté de la paroi. Après un moment de petits coups de langue, je sentis sa main prendre ma queue et caresser mes couilles remplies de plaisir. Je me tenais appuyé contre la paroi et depuis en haut je voyais ma queue complètement introduite dans le trou. Sur la pointe des pieds, je voyais mes pieds entourés du nylon dans mes magnifiques sandales. J'allais juter donc j'ai retiré ma queue.

 Presque aussitôt, j’ai vu sa queue passer dans le trou. Bien raide. Il mouillait du gland, comme j'aime. J'ai léché la mouille sur le méat et j'ai commencé à sucer. Donner des coups de langue. Le trou était assez grand alors j'ai pu lui passer les couilles dans le trou et j'ai commencé à les lui malaxer en le suçant profondément. Je faisais la gorge profonde et le bruit de succion agrémentait mon excitation. Sa queue grossissait énormément dans ma bouche et je suis sûr qu’il n’avait plus été sucé d’une telle manière, avec une telle passion.

Il avait une belle bite, mais malheureusement beaucoup de poils sur ses bourses. Ce n’était pas très beau et agréable et c'est dommage. Mais j'étais très excité quand même. Je ne lui ai pas léché ou pris ses couilles en bouche, car je trouve peu agréable avec les poils. Mais j’ai quand même travaillé et malaxé ses couilles remplies. De belles bourses comme les siennes auraient mérité mieux. Dommage ! Alors, j'ai continué à le sucer comme une salope et je me branlais en même temps. L'odeur de sa bite commençait à envahir toute la cabine. Ca m'a trop excité et j'ai giclé dans ma main. Pendant que j’éjaculais dans ma main, je me suis retiré un petit peu et tenu juste le gland entre mes lèvres. Mais il a plaqué son corps contre la paroi et m’a indiqué qu’il voulait que je le garde bien profondément dans ma bouche de pute gratuite. Je l’ai sucé encore quelques minutes et j’ai mis la semence que j’avais dans mes mains sur sa queue pour sentir le goût du sperme dans ma bouche. Après un petit moment et avoir complètement nettoyé sa bite de mon sperme, j'ai alors arrêté de le sucer et attendu qu'il regarde par le trou. Il a vite compris. Je me tenais accroupi, comme une salope, indécemment ouverte devant le trou et je lui ai montré ma main où il restait du sperme blanchâtre. Je l’ai léché devant lui pendant que le mec matait. Il se branlait à fond.

Soudain, il a vite remis sa queue dans le trou et j’ai vu sa bite expulser de longs jets de jute sur mes jambes gainées de nylon. Le sperme coulait par terre et sur mes sandales à talons.

J'étais encore toute excitée, mais le type a quitté les lieux rapidement comme s'il avait eu honte d’avoir pris autant de plaisir. C’est habituel, mais je sais qu’il se souviendra de cette pute gratuite rencontrée fortuitement dans un lieu d’aisances dont il ne soupçonnait pas avoir une bouche aussi gourmande pour le satisfaire. Une chose est sûre, c’est qu’il n’avait pas dû beaucoup sucer jusque-là, car je l’avais trouvé un peu timide et il ne m’a jamais vraiment pris en bouche totalement.

J'ai attendu encore quelques minutes que quelqu'un d’autre revienne, mais après vingt minutes, aucun conducteur n'est venu dans la cabine des W.C. Dommage pour eux... et surtout pour moi. Car j’avais encore envie de sentir la liqueur blanche couler sur ma lingerie.

J'ai alors remis mes habits masculins par-dessus ma lingerie. Le sperme avait séché sur mes bas. J'ai enlevé mes sandales et remis mes chaussures masculines avant de ressortir en toute discrétion.

 

Ma queue prisonnière du nylon

Publié par nomad le 18 décembre 2008 à 20:20

Je porte souvent ce jean sous mon long manteau par discrétion lorsque je me rends sur les aires d'autoroute. Puis, je fais le tour des véhicules en espérant apercevoir des éventuels pervers et lorsque je pense en trouver un, je n'ai plus qu'à ouvrir mon manteau discrètement. C'est là que je sais au premier regard s'ils ont des envies de pomper ma queue dans les W.C., leur voiture ou leur cabine de camion. Je m'applique bien-sûr à leur rendre la pareil.

Il m'est arrivé souvent d'éjaculer à travers les collants lorsque c'est moi qui suçait et que j'étais surexcité par mon partenaire. Certains m'ont déchiré le nylon pour absolument prendre ma queue en bouche tout en laissant mes bourses entourée de nylon. Et dernier détail, je ne mets que des collants clairs et jamais foncés pour qu'on puisse bien voir cette belle queue.


 

Ma première expérience de travesti

Publié par nomad le 17 décembre 2008 à 17:27

J’aimerais vous compter ma première expérience en travesti. Il y a quelques années, à 31 ans précisément, j’ai passé le cap de concrétiser une rencontre avec un internaute en étant vêtue en travesti.

J’ai commencé par mettre une annonce hot sur un site de rencontre, la voici :

« Suis Lydia la pute, une belle TV ouverte à tous tes caprices. Amatrice totalement salope et j'ai faim de pouvoir lécher ta queue et ton anus. Je suis toujours équipé d'une superbe guêpière transparente brillante, un string rouge qui demande que d'être écarté pour laisser la rondelle accueillante de mon cul à tes caresses vicieuses. Je porte toujours du bas nylon blanc ou noir soyeux qui tienne avec des portes-jarretelles ou la guêpière. Et je suis perchée sur des hauts talons style sandale de pute et me font une croupe de salope avide de sexe et de caresses. Ma rondelle et ma belle queue sont rasées. J'attends un RDV concret avec toi. Je ne reçois pas, mais me déplace. Pas d'échanges interminables de courriers. Alors si tu m'écris il faut que tu m’indiques tes fantasmes, le lieu de rencontre et des dates. Si tu arrives et je ne te plais pas, tu repars, mais je suis sûr que tu resteras pour enfiler ta verge dans ma bouche de suceuse gourmande. Réponse assurée si plus de 2 lignes. ANNONCE NON VENALE »

J’ai reçu un nombre incalculable de réponses plus ou moins alléchantes, mais je n’ai répondu qu’à ceux qui prenaient la peine de rédiger une réponse longue et détaillée et pas juste deux lignes. J’ai plusieurs fois donné des rendez-vous qui ne se sont pas concrétisés par ma faute certaines fois, car j’ai rebroussé chemin plusieurs fois. Une fois où j’avais vraiment faim, et que je me suis rendu au rendez-vous, c’est le type qui n’est pas venu. Puis j’ai reçu ce mail :


« Salut,
Ne pouvant malheureusement pas envoyer de photos, je me d'écris.
177cm pour 74kg, porte-guêpière, bas, bottes, string, etc.
J'aime le parler cru. Suis BI, sans tabou sauf crade, aime être dominé ou dominer.
Comme lu sur ton site, j’ai eu des expériences avec des TV prof, mais les expériences passées avec des amateurs furent super.
Je suis marié, donc je demande grande discrétion. Je suis de ???????????? (Suisse).
De grandes Hygiènes, de bonnes présentations, cheveux châtains. Voila tu en sais plus sur ma personne et je me tiens a ta dispo pour de plus amples renseignements sur moi. Ta photo super bandante.
Dans l'attente de tes nouvelles si intérêt de ta part, reçois mes salutations les plus chaudes et féminisées. Sper »



J’ai répondu et après quelques échanges de mail, j’ai décidé de franchir le pas. Spernie m’invitait dans son bureau équipé pour une bonne partie de jambes en l’air. Le jour en question, j’ai pris la route et fais environ les 80 km qui me séparent de la destination. Arrivé dans la ville, j’ai bu un peu d’alcool pour me donner du courage et après j’ai appelé Spernie pour lui dire que j’étais arrivé à proximité de l’endroit qu’elle m’avait indiqué. Très sympa au téléphone, cela m’a décontracté. J’ai alors pris mon sac et mes affaires travestis et me suis rendu au rendez-vous. Spernie m’attendait dans la rue à l’endroit prévu. Discrète, après un bref bonjour, elle me montra son collier de chienne avec des pics qu’elle avait déjà enfilé.

Nous avons encore bu du Whisky dans les locaux et nous avons décidé de commencer. Je me suis isolé dans les WC pour me changer.

J’étais tout excité de la situation et j’entendais Spernie marcher avec ses talons hauts dans la pièce et allumer des bougies partout. J’ai enfilé ma guêpière, mes bas nylon et accroché les portes-jarretelles. J’étais surexcité lorsque j’ai mis mes sandales aux hauts talons et enfilé mes lunettes de soleil. La ficelle de mon string rouge était déjà humide dans mes fesses. Je suis sorti en ayant la croupe bien cambrée par les talons et c’était la première fois que quelque un me voyait dans cette tenue de petite salope.

Spernie était déjà excitée au possible et me mis un collier de chienne qu’elle sera assez forte pour que j’aie envie de la suivre au bout de la laisse. Elle me promena dans toutes les pièces et m’insulta en me traitant de salope soumise. Je bandais déjà dur et ma queue épilée dépassait du string rouge. Spernie était en cuir avec des bottes à talons et un body noir simili cuir. Une vraie maîtresse sévère.

Après s’être caressé des longues minutes, j’étais totalement libéré et Spernie m’entraîna dans une pièce. Elle m’attacha les bras en croix avec des chaînes au plafond. Puis écarta mes jambes et attacha mes chevilles. Elle me plaça dans une situation très peu confortable, car j’avais les jambes très écartées. C’était indécent et elle profita de caresser ma raie avec ses doigts sans pénétrer dans le petit trou. J’étais à la limite de perdre l’équilibre tant la position était inconfortable. Mon cou était toujours serré par le collier et la laisse était attachée au plafond. M’obligeant à garder la tête haute. Puis, Spernie s’absenta et me laissa quelques minutes seules dans cette position de chienne soumise.

J’ai eu un peu la crainte, car je me suis dit que si elle ne revenait pas j’étais très mal placé. J’essaya les me libérer, mais impossible. Spernie avait si bien attaché mes jambes et mes poignets que je n’arrivais pas me libérer. Un peu angoissé, je me concentrais pour ne pas me laisser aller, car les crampes arrivaient aux mollets distendus par la position et ma croupe offerte en arrière.

Puis Spernie revient et m’embrassa langoureusement en me déversant du Whisky dans la bouche. Après avoir frotté son engin contre mes fesses, elle me détacha pour mon plus grand bonheur. Je ne sentais plus mes poignets. Elle me mit à genou et m’obligea à sucer sa queue de longues minutes. J’avais mal aux genoux, mais ne pouvais me relever, car elle me maintenait fermement avec ses mains.

Puis elle m’ordonna de me coucher sur une table de massage qui était juste à côté. Elle me lia à nouveau les mains avec des menottes aux pieds de la table et enleva mon string. Puis elle enfila des gants de latex et prépara un plug avec de la vaseline. Je n’avais jamais reçu de chose si grosse dans mon anus et seul des doigts avaient pénétré l’intérieur. J’étais un peu inquiet de la douleur, mais me soumettais complètement aux caprices de ma Maîtresse experte. Elle prépara mon cul avec son doigt et le gant de latex enduit de vaseline. Je bandais très dur. Elle m’insultait et me traitais de salope.

Puis elle enfila doucement le plug et m’encula copieusement. Les aller-retour me procuraient un immense plaisir et elle me mit un élastique autour de la base de la queue pour m’empêcher de venir tout de suite. Elle me tarauda le petit trou longuement et la douleur avait complètement disparu. Elle me disait qu’un jour mon trou du cul pourrait être fister. Que j’étais une pute en chaleur. J’étais soumise et soudain, Spernie me détacha les mains tout en laissant le plug dans mon anus, elle me releva en position assise. J’étais assis sur le plug complètement introduite en moi. Puis elle tira la laisse pour m’obliger à sucer sa queue.

Je le fis avec plaisir, car j’adore sucer des belles queues épilées et j’étais tellement excitée que j’attendais que ça. Puis après seulement quelques va-et-vient, Spernie me prit les cheveux et tira ma tête en arrière en sortant sa queue de ma bouche brusquement. Je n’ai pas eu le temps de fermer les yeux que déjà sa semence blanchâtre sortait à grosses giclées sur ma gueule soumise. Je me surpris d’adorer cette soudaine chaleur et cette odeur et j’ouvris la bouche toute grande. Les dernières giclées de Spernie finir à l’intérieur de ma bouche et sur ma langue. La sensation était phénoménale et je n’avala pas le sperme, mais le laissa dégouliner de ma bouche sur mes lèvres comme une pute soumise.

Je n’avais pas encore joui, mais il ne fallut que quelques va-et-vient de la bouche de Spernie sur ma queue pour qu’à mon tour je jouisse dans sa bouche. Spernie avala toute ma semence sans en laisser une goutte.

Nous ne restâmes pas en place et chacune d’entre nous quitta la pièce. Je me changeai assez rapidement dans les WC et revint habillé normalement pour boire un dernier verre avec Spernie qui avait préparé des sandwiches. Je mangeai en sa compagnie et nous discutâmes quelques minutes. Nous nous sommes promis de nous revoir et la prochaine fois j’apprendrais à être Maîtresse, car Serpnie aime échanger les rôles parfois. Je me réjouis de notre prochaine rencontre et n’oublierais pas de vous compter les faits.

Depuis cette aventure, j’ai eu d’autres rendez-vous qui se sont concrétisés. Je vous les raconterais si vous le souhaitez. Mais j'attends vos réactions sur cette expérience...
Si vous êtes intéressé pour vivre une telle expérience, n'hésitez pas à me contacter et me laisser en détail vos envies et fantasmes...

 

 

 

Rencontres Libertines et changiste}

Calendrier

« septembre 2016 »
lu ma me je ve sa di
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    

Récemment…

Archives

Images aléatoires




Syndiquer


Blog Officiel NousLibertins.com | Clubs échangistes | Blog Libertin | FAQ |